Mathilde, étudiante agro. et illustratrice

Mathilde François héroïne du quotidien

Je vous propose de partir à la rencontre de Mathilde, une jeune femme qui mène une vie passionnante où rien ne semble arrêter son engagement. Mathilde se lève tous les matins mue d'une volonté d'agir sur le monde. Entière, elle tente quotidiennement de dompter ses coups de gueule et faire taire sa culpabilité !

Qu'est-ce pour toi "être citoyen-ne" ?

C'est faire partie d'un écosystème complexe : on influence et on est influencé•e. Même si on ne veut pas. Même si on croit que ce n'est pas le cas.

Quelle est ta société idéale ?

Une société idéale (pour moi) accueillerait l'individualité de chacun•e. J'en peux plus qu'on hiérarchise les gens, les formations, les métiers. C'est du gaspillage ! C'est comme si on s'acharnait à demander aux poissons de grimper aux arbres au lieu de leur faire identifier qu'ils sont des poissons et de leur dire, « cool, maintenant que t'as compris ça, va nager au lieu d'essayer de grimper ! ».

C'est comme si on s'acharnait à demander aux poissons de grimper aux arbres !​

Quelle est la faute qui t'inspire le plus d'indulgence ?

​J'aimerais bien que la faute qui m'inspire vraiment de l'indulgence ce soit le manque de sensibilisation des gens. Parce que les gens ils n'y sont pour rien de pas être sensibilisés et quand je suis contrariée je casse la discussion. Et après je m'en veux, et c'est nul…

Du coup peut être qu'il faut que je sois indulgente avec ma non indulgence aussi….? #MiseEnAbyme !

Quels sujets de société te prennent aux tripes ?

​Le sexisme. Et tout ce qui en découle.

Surtout le sexisme ordinaire qui se la raconte à grand coups de 'c'est pour rire' et qui nourrit une pyramide de violences qui mènent à des horreurs. Mais justement ça me prend trop aux tripes. J'aimerais que ça soit moins dur. La moindre histoire de harcèlement, d'abus me secoue pour toute la journée…

Qu'est-ce qui te mobilise le moins ?

​Aïe…. Ça va être en ligne cette réponse ? Honnêtement je ne me bouge pas pour des trucs comme les espèces qui disparaissent. Pauvres bêtes, ça me rend triste dans l'absolu mais c'est trop loin de moi (ça y est je serai jamais embauchée dans un organisme de protection de l'environnement… !).

Es-tu optimiste pour l'avenir ?

Mon cerveau dit non, mon cœur dit oui.

Je pense sérieusement qu'on n'a pas fini de voir des populations entières morfler pour des choses dont elles ne sont pas responsables. Et en même temps, des fois, une petite chose positive me redonne la niaque pour 6 mois !

#HistoireVraie : comme ce pote qui veut signer une pétition pour demander une formation aux impacts du sexisme ordinaire dans mon école, alors qu'il vient de s'esclaffer d'une bonne blague qui compare une femme à un bout de viande. Ça m'a donné un espoir fou dans l'humanité entière.

C'est peut être émotionnel, mais c'est mieux comme ça, sinon je ne me bougerais pas.

Mon cerveau dit non, mon cœur dit oui.

Qu'est-ce qui, dans ce que tu fais au quotidien, te rend fière ?

​Faire attention quand je parle à bien dire « agricultrice ou agriculteur », « le ou la pilote ». Parce que j'ai la conviction que le langage conditionne la pensée. Et les stéréotypes de genre font des dégâts irréparables.

Comme ces enfants qui rentraient dans le cabinet de ma mère, pédiatre, et qui, en voyant une femme demandaient « il est où le docteur ? ». Chaud hein…! #AutreHistoireVraie

J'ai la conviction que le langage conditionne la pensée.

Qu'est ce qui te contrarie le plus dans ce que tu fais ou ne fais pas ?

Faire les courses en hard discount où les gens sont exploités et je le sais. Ça craint.

J'essaye aussi d'arrêter de me culpabiliser toutes les 5 minutes, je vous appelle si j'y arrive.

Comment transmets-tu ton engagement ? À tes enfants, ta famille, tes amis ?

En essayant d'être cohérente avec moi-même (essayer j'ai dit !). Des fois on me pose des questions, alors j'explique. J'essaye aussi de ne pas être une absolutiste de l'engagement qui ne tolère aucun écart. Pour ne pas braquer les gens.

Par contre j'ai envie de le transmettre en dessinant ! J'adore la Bédé pédagogique, typiquement Emma et la charge mentale. C'est tout con mais ça imprime bien ! (haha une bédé, ça imprime.. ! Ok je me tais.).

Quelle personne t'inspire et pourquoi ?

Heum. Alors. (mes cours d'histoire vite... !). En vrai Gandhi et la non violence ça me fascine. Je ne comprends pas comment il a pu avoir une stratégie pareille. J'aimerais avoir du courage comme ça.

Sinon, j'ai une copine qui ne mâche pas ses mots quand elle trouve un comportement intolérable et ça déménage (coucou Chloé !). Elle m'inspire à ne pas avoir peur de faire désordre. Ça fait du bien d'avoir un avis pas éludé qui prend le risque d'être contrariant (en restant super bien renseigné, toujours !).

C'est paradoxal. Je suis fan d'un non violent et d'une meuf qui pousse ses coups de gueule...

Si tu devais dire une chose à tout le monde sur la planète, ce serait-quoi ?

​Oula… je vais tomber dans le cucu là. Un truc comme « Est-ce qu'on pourrait être tous et toutes gentils les un•es avec les autres s'il vous plaît ?» (je me dis toujours ça quand je lis les infos. 'S'il vous plaît'…)

Mais je crois que j'invente pas la poudre, y'a un certain 'aime ton prochain' qui va me faire des histoires de royalties.

Maintenant que tout cela est terminé, dis-nous tout ce qui te passe par la tête !

C'est sympa cette introspection de l'engagement. J'ai commencé par la question où je parle de l'individualité, avec le poisson qui grimpe aux arbres. Et j'y reviens. J'aimerais qu'on s'entre-encourage si possible. J'ai plein d'espoir dans le fait de créer du lien et de trouver que les autres gens qui sont différents et qui s'engagent différemment sont chouettes aussi.

Mais c'est compliqué et je ne suis pas super à l'aise avec ma position. J'ai eu il y a quelque jour une conversation avec une amie et on avait ce débat sur 'agir à son échelle en incarnant ses croyances' ou 'se battre là où vraiment il y a des leviers de changement de situations révoltantes' ? (vous avez 4heures… coucou Solange !).

​​​Je ne suis pas super à l'aise avec ma position.

Et je comprends vraiment que les gens qui considèrent que le changement ça se fait à l'échelle individuelle en mangeant vegan bio local de saison, zéro déchet zéro plastique et son petit compost… ça puisse énerver.

Bref. Je suis un peu perdue dans quelle forme doit prendre mon engagement. Je m'y prends peut-être pas de façon optimale (sûrement pas d'ailleurs) mais je suis heureuse d'essayer, je me sens en cohérence avec mes valeurs.

 

 

Nous sommes déjà des héros !
Rejoignez le groupe Facebook
des citoyens engagés, positifs et décontractés :

"Nous sommes déjà des héros" !

 

 

Découvrez ci-dessous d'autres héros du quotidien