Le blog de l'ESS pour #FaireAutrement !

Le blog de ceux qui ont choisi de #FaireAutrement.

Tout d’un coup un inconnu vous offre un café !

Tout d’un coup un inconnu vous offre un café !

Aujourd'hui, comme rarement, la notion de lien social, d'échange et de vivre-ensemble est au cœur des enjeux de notre société ! Nombreux sont ceux qui se mobilisent et nombreux sont ceux qui souhaitent se mobiliser.

C'est une très bonne chose, un signe positif qui nous laisse penser que demain ne sera peut-être pas aussi sombre que les quelques mois que nous venons de passer. Aujourd'hui c'est à cette énergie que je souhaite rendre hommage. L'énergie du partage, de la rencontre, de la gratuité des actes !

À la (re)découverte d'une tradition napolitaine : le café suspendu !

Je vais donc vous parler d'une tradition napolitaine que certains ont choisi de défendre sur notre territoire : le café suspendu ! Si je devais vous demander de m'en parler, nombre d'entre vous m'expliqueront qu'un café suspendu est un café qui est offert gratuitement aux plus démunis. Et oui, comme vous c'est ce que je pensais encore il y a quelques temps. Mais j'y ai regardé de plus près et me suis rendu compte qu'une image erronée c'était glissée parmi nous ! En effet, un café suspendu est un café que nous choisissons d'offrir à n'importe qui. Sans conditions de situation ou de ressource, sans conditions aucune.

C'est un acte altruiste et non un acte de solidarité ! Et là vous vous demandez « Mais quelle différence il peut bien y avoir ? ».

« L'altruisme est un terme employé pour décrire un comportement caractérisé par des actes n'ayant pas d'avantages apparents pour l'individu qui les exécute mais qui sont bénéfiques à d'autres individus.

La solidarité peut être décrite comme une dépendance mutuelle entre les êtres humains, due au besoin qu'ils ont les uns des autres. »

Cette différence est très importante. Un café suspendu est un café que l'on offre à un inconnu ! Notre voisin ou une personne que l'on croise au marché sans la connaître, une mère de famille qui s'offre un temps de pause, vous, moi ! Le café suspendu nous permet de nous transformer en bienfaiteur anonyme très simplement. L'idée est de choisir de faire plaisir à on ne sait qui, juste pour le plaisir de faire plaisir. Le plaisir de créer du lien, de générer un sourire et d'imaginer la personne qui boira votre café. Pareille pour elle. Imaginez-la assise, en train de faire une pause en se demandant qui vous êtes... Le temps de son café vous ne serez pas bien loin les uns des autres…

Faire vivre le mythe de la bouteille à la mer

C'est le mythe de la bouteille à la mer que l'on jette sans savoir qui recevra notre message ! On l'imagine et cela nous suffit amplement. Et puis, qui n'a pas rêvé lors d'une ballade en bord de plage d'avoir la chance de trouver une bouteille qui vous semble soudain personnellement destinée ? C'est tout cela que nous propose le concept du café suspendu ! Il est très important que chacun d'entre nous y contribue pour le faire vivre. Il est très important que nous défendions cette société du lien social à un moment ou cette notion subit de lourd dommage. Il est aussi important de redonner à nos cafés français leurs lettres de noblesse, celles du lien, de l'échange, des sourires, du lieu où il fait si bon s'arrêter….

Maintenant je vais laisser la parole à Agathe, qui défend quotidiennement ce principe et tente de dire, haut et fort à tout le monde que le café suspendu est universel. Nous devons le défendre et lui garantir un envol qui sera le ciment d'une société altruiste. Demain nous inventerons de suspendre beaucoup plus….



Petite interview d'Agathe, directrice de l'association "Café suspendu"


L'association "café suspendu" existe depuis 2014. Pourquoi avez-vous décidé de vous investir dans ce projet ?

J'ai toujours ressenti le besoin de me sentir utile socialement et pour ma ville. À la fin de mes études, j'ai donc décidé de m'impliquer dans des projets qui faisaient sens pour moi. J'ai rencontré Fanny HAVAS et Joël ROBIC (respectivement Présidente et Vice-Président de l'association), ils m'ont parlé du principe des cafés suspendus et du travail qu'ils avaient effectués. Le concept et leur dynamique m'ont tout de suite accrochée. J'ai donc rejoint l'équipe, nous avons créé l'association et aujourd'hui je suis salariée.


Dans l'imaginaire collectif, le café suspendu est un café que l'on offre aux plus démunis. Vous défendez une autre vision. Pouvez-vous nous en parler ?

Il y a plusieurs éléments de réponses : 

  • Comme vous le soulignez, le problème vient de l'imaginaire collectif. En effet depuis le buzz du concept début 2013, le consommateur de café suspendu est stigmatisé (pauvres, sans abris, marginaux…).  Or aujourd'hui, les difficultés financières peuvent toucher tout le monde (étudiants, retraités, travailleurs, mères ou pères de famille...) et ne sont pas si visibles qu'elles pouvaient l'être par le passé.
  • Cette stigmatisation nuit au fonctionnement du principe lui-même. Comme vous, les citoyens se sentent gênés de consommer un café suspendu car ils pensent que ce n'est pas pour eux. Toutes les personnes ont cette réaction, même les plus démunies, car il y a toujours plus pauvres que soi. Cela a pour conséquence que les cafés offerts ne sont pas assez consommés !
  • Enfin l'action entend répondre à un besoin de lien social, de mieux vivre-ensemble, et non à un besoin financier (le café n'est pas une denrée vitale). C'est la symbolique qui compte, non le don en lui-même. L'idée est de pouvoir payer un café à un inconnu ou de consommer un café que quelqu'un que l'on ne connaît pas nous a offert​. C'est socialement innovant !  Ce principe s'inscrit dans l'esprit de l'économie dite collaborative ou économie de partage. On peut consommer un produit que l'on n'a pas payé, c'est possible !


Je dois avouer qu'en temps que consommatrice qui a les moyens de m'offrir un café je me sentirais gênée de demander un café gratuit. Je ne dois pas être la seule !

L'idée est de dé-stigmatiser l'image de celui dans le besoin que l'on doit aider, celui qui nous fait pitié et du coup celui qui a honte de cette posture et ne l'assume pas… Aujourd'hui nous voyons bien que la pauvreté peut être volatile et toucher n'importe qui n'importe quand. Il est donc nécessaire de rompre cette image que la société a du démuni. En permettant à quiconque d'offrir ou de consommer un café, on remet en question cette stigmatisation.

Tout le monde peut consommer un café suspendu ! Plus les cafés sont pris, plus l'action tourne. Le fait que le consommateur puissent être un citoyen lambda, motive les personnes vulnérables à profiter de cette belle initiative comme n'importe qui (sans l'étiquette du « pauvre » ou du précaire lourde à porter).

L'idée même du café suspendu repose sur l'échange et le partage et pour que l'action tourne il doit y avoir autant de receveurs que d'offreurs !


Aujourd'hui combien de cafés en France pratiquent le café suspendu ?

40 commerces sont labellisés et donc pratiquent l'action, ce qui fait des milliers de cafés offerts.


Si je voulais proposer cette solution à un café proche de chez moi, combien de temps me faudrait-il ?

Cela se fait très rapidement, il vous suffit d'adhérer à l'association et de nous faire part de votre intention. Nous vous fournissons ensuite tous les outils nécessaires pour convaincre les cafetiers que vous souhaitez convaincre. Si besoin une formation à distance et puis c'est parti ! Donc une semaine maximum.

L'idée est que tout soit disponible et accessible sur notre boutique en ligne (encore un peu de travail de ce côté là) d'ici la rentrée scolaire 2016, mais de nombreux éléments sont déjà mis à disposition sur notre site internet (www.cafe-suspendu.com).


En général, les patrons de cafés sont-ils réceptifs à cette démarche ? Cela ne leur fait-il pas un peu peur au début ?

Cela dépend bien sûr des lieux et des personnalités, mais globalement oui les patrons sont assez réceptifs. Cependant il arrive effectivement que certains soit sceptiques quant aux consommateurs des cafés suspendus. On leur explique à ce moment là que les consommateurs ne sont pas forcément ceux qu'ils croient. L'appréhension est alors vite levée avec cette explication. La réticence principale des commerçants concerne essentiellement l'achat du label.


Enfin, pouvez-vous dire qu'après l'engouement pour tout ce qui est suspendu, la volonté citoyenne de faire perdurer ce concept existe toujours ?

Effectivement nous sommes passés par plusieurs étapes concernant l'engouement citoyen pour le café suspendu (du buzz en 2013 au désintérêt).

Mais à notre surprise nous avons constater que tous les jours des personnes découvrent le concept (qu'ils croient nouveau) et veulent le développer. Ainsi nous sommes sollicités régulièrement (au moins une fois par semaine) par des citoyens voulant implanter l'action sur leur territoire ou juste se rendre utile pour cette cause. Enfin les personnes ayant déjà tenté de s'investir sur ce projet sont toujours très réceptive et curieuse du déploiement de celui-ci ! 




Cette idée me parle. Penser que le café suspendu s'adresse à chacun de nous. Offrir un cadeau à un inconnu qui ne nous remerciera qu'en silence. Participer à faire savoir que la pauvreté n'appartient à personne et qu'elle peut toucher tout le monde. Mon histoire personnelle en est un exemple. J'ai connu des jours difficiles. Et ces jours là, j'aurais aimé m'asseoir comme tout un chacun pour déguster, le temps d'une courte pause, un café suspendu. Je souhaite cela à tout le monde. Je souhaite défendre une société altruiste où l'autre devient un compagnon de route ! Je vous invite à rejoindre cette dynamique et faire de notre quotidien une résistance à la passivité, un outil au service du lien, du partage et de la rencontre. Merci à toutes les personnes qui, comme Agathe, œuvrent à rendre cela possible !

Je vous propose, la prochaine fois que vous payez un café suspendu, d'en payer deux et de venir vous-même le consommer plus tard...
Si nous faisons tous cela alors personne ne se sentira plus stigmatiser en demandant un café suspendu, au contraire !



 

Commentaires

Pas encore de commentaire. Soyez le premier à commenter
Déjà inscrit ? Connectez-vous ici
Invité
mardi 18 décembre 2018